NextRiot

Préparer une présentation technique, 2e partie : Quoi, Pourquoi et Comment

January 7, 2019 • ☕️ 6 min read

J’ai donné quelques présentations techniques qui, je crois, ont rencontré un certain succès.

On me demande parfois comment je me prépare pour une présentation. Chaque orateur·rice vous fera une réponse éminemment personnelle. Je partage juste ici ce qui marche pour moi.

Cet article est le deuxième d’une série dans laquelle j’explique mon processus de préparation pour une présentation technique—de l’émergence de l’idée jusqu’au jour J :


Dans cet article, je vais me concentrer sur la découverte du Quoi, du Pourquoi et du Comment de la présentation. Faire ça tôt m’aide à éviter des tas de galères par la suite.


Si vous n’avez pas vu Inception (« Origine » au Canada, NdT), regardez-le aujourd’hui. C’est une superproduction sympa avec des effets visuels incroyables et un scénario captivant. Mais comme me l’a appris Ryan Florence, il contient aussi de bons conseils sur la création d’une présentation mémorable.

Ce film parle d’immiscer des idées dans la tête des autres pendant leur sommeil. Ça peut sembler un peu invasif (et c’est illégal dans le film), mais si vous avez décidé de donner une présentation technique, c’est une description plutôt exacte du défi que vous relevez.


Quelle est l’idée maîtresse que vous voulez que les gens retiennent de votre présentation ? J’essaie de la formuler en une simple phrase le plus tôt possible. Cette idée ne devrait pas nécessiter plus d’une douzaine de mots. Les gens oublieront la majorité de ce que vous direz alors choisissez avec soin les mots que vous voulez qu’ils retiennent. C’est la graine que vous voulez voir germer dans leurs esprits.

Une toupie dans le film Inception

À titre d’exemple, voici les idées maîtresses de mes présentations/

  • Hot Reloading : « Les principes de programmation fonctionnelle améliorent l’expérience de développement. »

  • Beyond React 16 : « Il existe une solution unifiée aux problématiques de latence CPU et I/O. »

  • Introducing Hooks : « Les hooks rendent la logique d’état réutilisable. »

Je ne prononce pas toujours l’idée centrale à voix haute, pas plus qu’elle ne figure obligatoirement telle quelle sur une diapo, mais elle constitue toujours la colonne vertébrale de ma présentation. Tout ce que je dis, tout ce que je montre doit en fin de compte donner du poids à cette idée, dont j’essaie de vous convaincre.


Une idée est le « Quoi » de ma présentation. Mais il y a aussi le « Comment » et le « Pourquoi » :

Pyramide : « Comment » est au-dessus de « Quoi », et « Quoi » est au-dessus de « Pourquoi ».

« Comment » est l’approche que j’utilise pour amener l’idée centrale auprès de mon auditoire. Personnellement, j’ai un faible pour les démos en direct, mais des tas d’autres façons fonctionnent aussi. J’entrerai plus dans les détails du « Comment » dans un prochain article de cette série.

Nous venons de parler du « Quoi », qui est l’idée maîtresse de la présentation. C’est la pensée que je veux planter dans votre esprit, et la révélation que je veux que vous emportiez avec vous. C’est ce que je veux que vous partagiez avec vos amis et collègues.

Ce qui nous amène au « Pourquoi ».


Pour expliquer le « Pourquoi », je vais citer un dialogue du film Inception :

(attention : spoilers !) (ou comme le disent si bien nos amis canadiens : divulgâcheurs — NdT)

Cobb : « Je vais disloquer l’empire de mon père. » Ça, c’est évidemment le genre d’idée que Robert, de lui-même, choisirait de rejeter. Nous devons donc la semer dans les profondeurs de son subconscient. Le subconscient est stimulé par les émotions, non ? Non par la raison. Donc il faut trouver le moyen de transposer ça en concept affectif.

Arthur : Comment veux-tu transposer une stratégie commerciale en émotion ?

Cobb : C’est ce qu’on est censés cogiter ici. Bon, les rapports de Robert avec son père sont tendus, pour pas dire plus.

Eames : On peut pas se baser sur ça ? On a qu’à lui suggérer de démanteler l’entreprise de son père histoire de l’envoyer bouler.

Cobb : Non, car je trouve que les émotions positives l’emportent sur les négatives, à chaque fois. On aspire tous à la réconciliation, à la catharsis. Il faut que Robert Fischer éprouve une émotion positive en réaction à tout ceci.

Eames : D’accord, attends voir, euh… « Mon père est d’accord pour que je crée quelque chose de mon côté plutôt que de lui emboîter le pas. »

Cobb : Ça marcherait peut-être.

Alors, je ne suis pas en train de suggérer que vous démanteliez des empires dans vos présentations.

Mais il doit y avoir une raison qui vous fait monter sur scène en face de milliers de gens pour parler d’un truc. Vous croyez en quelque chose—et vous voulez que les autres partagent ce sentiment. C’est le « Pourquoi »—le noyau émotionnel de votre présentation.


Toujours à titre d’exemple, voici les « Quoi », « Pourquoi » et « Comment » de mes présentations.

how what why hot reloading

Comment : « Démo en direct ». Quoi : « Les principes de programmation fonctionnelle améliorent l’expérience de développement. » Pourquoi : « Créer nos propres outils pour rendre la programmation plus amusante ».

(La pyramide ci-dessus est pour Hot reloading with time travel)

how what why beyond react 16

Comment : « Démo en direct ». Quoi : « Il existe une solution unifiée aux problématiques de latence CPU et I/O. ». Pourquoi : « React se soucie aussi bien de l’expérience utilisateur que de celle des développeurs ».

(La pyramide ci-dessus est pour Beyond React 16)

how what why introducing hooks

Comment : « Démo en direct ». Quoi : « Les Hooks rendent la logique à base d’état réutilisable ». Pourquoi : « Les Hooks révèlent la véritable nature de React ».

(La pyramide ci-dessus est pour Introducing Hooks)

Une présentation mémorable prend une idée concise, fait en sorte que l’auditoire s’y intéresse, et se déroule de façon claire et convaincante. Ce sont les « Quoi », « Pourquoi » et « Comment ».


Dans cet article, j’ai décrit ma façon d’organiser les idées centrales de mes présentations. Encore une fois, j’insiste sur le fait que je partage juste ce qui marche pour moi—il y a de nombreux types de présentations et votre propre vision est peut-être très différente.

Dans les prochains articles de cette série, je parlerai de préparer le plan de la présentation, des diapos, du travail de répétition en amont, et de ce que je fais le jour-même de la présentation.

Précédent article de la série : Préparer une présentation technique, 1ère partie : les raisons.